29 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

rupture amoureuse, scénique.

Les aboiements d’un chien désespéré, peut-être abandonné par ses maitres, brisait régulièrement le silence glaçant qui s’était établi, presque d’un accord tacite, entre les deux amants. Les langues s’étaient asséchées, les mots s’étaient évaporés dans les volutes de fumée qui valsaient autour des meubles. Les silhouettes sombres se découpaient sur le mur illuminé par la lumière blafarde d’une ampoule qui pendait, lasse et nonchalante, au bout d’un fil de ferraille; ces ombres se mouvaient à l’intérieur de la pièce dont elles colonisaient l’intérieur, s’étendant, enflant, gonflant, jeux de lumière, avant de s’écraser l’une contre l’autre. La lumière s’éteignit.

Mais ce spectacle aussi étrange que divertissant n’en finissait pas de durer; le jour se profilait déjà à travers les derniers râles d’une nuit agonisante, que la joute muette ne s’était pas encore achevée. Le pendule indiquait sept heures; l’oiseau mécanique s’était brusquement arraché de l’étreinte brutale de son boitier et s’épuisait à se dégager des tentacules boisées qui le retenaient à la structure principale. Sept fois, il hurla sa misère; chacun de ses cris résonnait comme un insoutenable appel à l’aide. Et comme ébranlé par un sursaut de rage inattendu, l’homme, qui jusque là ne montrait absolument aucun signe de violence, s’élançait contre l’animal infernal dont il broya la carcasse. Mais déjà, l’onde sonore s’était répandue comme une trainée de poudre dans l’air déchiré qu’elle peuplait de sa présence invisible; et elle communiquait inlassablement ses vibrations régulières aux deux âmes bouleversées. Un rayon de soleil -le premier- traversa les vantaux de la persienne, dévoilant un visage féminin dont les traits se contractaient à chaque assaut de convulsions. Prostrée au point de ne pouvoir prononcer un mot, elle fixait l’horizon en pleurant. Et la tristesse se dévoila subitement à lui, sinistre et solennelle; il put en contempler l’intensité pour la première fois à la lumière naissante. Ses yeux se révulsèrent face à la terrible douleur qu’il lui était donné d’observer: une détresse navrante exhibée à son regard; un chagrin tragique qui se livrait bravement à lui mais ne lui inspirait qu’une amère animosité. Quelques mèches dorées barraient un visage balafré de larmes; et une avalanche perlée balayait des cils humides qui se cambraient sous son poids.

Il se précipita dans l’escalier, sans même prendre la peine de fermer la porte derrière lui.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Ccalavie |
J'ai"meuh" l... |
Le blog de KARJAN |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | EDMOND KOUASSI KOUADIO
| Livrifely
| La princesse arc-en-ciel