02 août 2016 ~ 0 Commentaire

nuit d’amour

Il se l’appropriait par le regard, cherchait à la posséder par l’éclat de ses prunelles désespérément rivées à elle, agrippées à cette silhouette frêle qui ne lui appartenait plus. Il sentait au fond de lui même que, dût-il relâcher l’étreinte inassouvie une seconde à peine, elle lui échapperait pour toujours; il sombrerait dans le précipite infernal qui nourrissait ses nuits solitaires d’indicibles frayeurs. Les premiers rayons du jour perçaient subitement l’obscurité, celle des songes les plus épouvantables- celle, aussi, qui noyait les deux corps dans la noirceur veloutée du monde. Les ténèbres s’arrachaient des murs, happées par les faisceaux colorés.

Une joute mortelle s’engageait, celle du clair-obscur auroral; le jour, timide encore dans son élan conquérant, colonisait l’espace, s’accrochait aux meubles, dans l’espoir d’effacer l’empreinte à peine visible des draperies d’ébène qui laissaient dévoiler les contours des êtres et des choses- contours perdus dans les vapeurs incertaines du matin. La vie se révélait à eux, éblouissante et céleste; et les tourbillons nocturnes s’estompaient à la clarté mourante de la nuit. Les éclats solaires s’enfonçaient dans les peaux, comme une armée de lances effilées glisserait à travers le voile d’une chair fraiche, baignant l’alcôve d’un gaz transparent qui s’évanouissait de longueur. Et la brume, souvenir trouble des heures précédentes, se décomposait sous les dards chatoyants des javelots de lumière, ces flèches intrépides que pleurait le ciel

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Ccalavie |
J'ai"meuh" l... |
Le blog de KARJAN |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | EDMOND KOUASSI KOUADIO
| Livrifely
| La princesse arc-en-ciel